Enquête sur les biais cognitifs, partie 2 : l’effet d’ancrage et l’effet de halo

Dans la première partie de notre article, nous avons vu ce qu’était un biais cognitif ainsi que quelques exemples. Vous pouvez retrouver cette première partie ici : https://lavoixducollegien.home.blog/2020/01/28/tous-nos-choix-sont-ils-libres-enquete-sur-les-biais-cognitifs/

Cette deuxième partie sera consacrée à la découverte de deux autres biais cognitifs : l’effet d’ancrage ainsi que l’effet de halo. 

L’effet d’ancrage (l’effet d’amorçage) :

Lorsque l’on se retrouve dans une situation d’incertitude, notre cerveau a tendance à s’accrocher inconsciemment à de faux repères. On remarque que plus l’ancrage est précis, plus l’effet est prononcé. 

Dans de nombreuses situations, les gens font des estimations en partant d’une valeur initiale qui est ajustée pour donner la réponse finale. Elle va donc créer un ancrage.

Autrement dit, des points de départ différents donnent des estimations différentes, qui sont biaisées en fonction des valeurs initiales. 

Pour le démontrer, voici ce qu’a réalisé une étude de Daniel Kahneman et Amos Tversky :

Dans cette étude, les chercheurs posaient plusieurs questions, auxquelles les sujets devaient répondre par des quantités. Pour chaque quantité, un nombre compris entre 0 et 100 était déterminé par la roue de la fortune devant les sujets. Ces derniers devaient d’abord indiquer si selon eux, la réponse était supérieure ou inférieure à la valeur de la quantité déterminée par la roue, et ensuite l’estimer en allant vers le haut ou vers le bas à partir du nombre donné. On a donné à différents groupes des nombres différents pour chaque quantité, et ces nombres arbitraires ont eu un effet marqué sur les estimations. Par exemple, les estimations médianes des pourcentages des pays africains parmi les Nations Unies étaient de 25 et 45 pour les groupes qui ont reçu 10 et 65, respectivement, comme points de départ (comme détaillé sur le schéma ci-dessous).

Image extraite de la vidéo de Science étonnante : Crétin de cerveau #2. L’effet d’ancrage

Ce qui est impressionnant, c’est que bien que les sujets savaient que ces valeurs étaient totalement arbitraires, ils se sont quand même fait piéger.

Et ce qui est encore plus incroyable, c’est que l’on peut se faire ancrer sur des valeurs totalement absurdes, c’est ce que nous montre une autre expérience de Daniel Kahneman et Amos Tversky où les sujets devaient estimer la taille d’une baleine :

Ils ont à nouveau sélectionné deux groupes de personnes et leur ont posé les trois questions suivantes :

Pensez-vous qu’une baleine bleue mesure plus ou moins de 20 cm ?

Puis ils ont demandé à l’autre groupe de personne : 

Pensez-vous qu’une baleine bleue mesure plus ou moins de 900 m ?

Puis, enfin une question commune qui était :

Combien mesure une baleine bleue ?

La moyenne des réponses du premier groupe était de 20 mètres et celle du deuxième groupe de 142 mètres. 

L’effet de halo :

L’effet de halo, aussi appelé l’effet de notoriété ou encore l’effet de contamination affecte la perception des gens ou des marques. Il désigne le fait d’attribuer des qualités à quelqu’un uniquement sur la base de son apparence physique. Cet effet pourrait par exemple avoir un rôle important dans des phénomènes comme le racisme.

Si la première impression sur la personne est favorable, ce biais perceptif tend à interpréter favorablement ce que cette personne dit ou fait. C’est l’effet de halo positif. À l’inverse, si la première impression est défavorable, ce biais perceptif tend à voir la personne sous un prisme négatif. C’est l’effet de halo négatif.

Prenons l’exemple d’une étude d’un chercheur de l’université de Toronto qui a étudié dans quelles mesures le physique des personnes peut influencer les juges dans le cadre d’un procès. 

Il s’agissait de décider si quelqu’un était ou non coupable sur la base d’un texte ainsi que d’une photo.

Elle consistait à comparer les verdicts de culpabilité de deux personnes condamnées pour les mêmes faits, en changeant leur attractivité physique. Il en va de même pour la sévérité de la peine. 

Les sujets devaient les noter sur une échelle de 0 à 5 (5 désignant ici clairement coupable). 

L’on remarque que si on a un physique attirant, le juge sera plus clément (l’effet étant beaucoup plus prononcé quand un homme devait juger une femme que l’inverse). 

L’effet de halo peut avoir des effets graves donc et comme nous avons pu le voir une personne jugée plus « physiquement attirante » n’en n’est pas moins coupable qu’une personne moins attirante physiquement.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’effet de halo, je vous invite à consulter ce lien :

Vidéo de la chaîne Youtube de Science Etonnante

Les biais cognitifs sont beaucoup utilisés notamment par le neuro-marketing afin de manipuler nos perceptions et nos émotions. Selon les experts de l’économie comportementale, il est impossible d’y échapper, néanmoins le fait d’en avoir conscience peut nous aider à mieux les appréhender.

Ceci est également valable pour les illusions d’optique. On aura beau vous montrer que c’est une illusion, à chaque fois votre cerveau se fera piéger. Il en va de même pour les intelligences artificielles qui ne sont pas aussi neutres que l’on pourrait le croire, car le programmeur y a ajouté ses croyances ainsi que ses biais cognitifs !

Louisa 

Sources de l’article :

Concernant l’effet d’ancrage :

Concernant l’effet de halo :

Sources des images :

  • Image d’en-tête : cerveaux. Image disponible sur Isarta infos. Auteur et licence inconnus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.