A bord du vol 1549 d’US Airways

Le jeudi 15 janvier 2009 les passagers du vol 1549 de la compagnie US Airways ne se doutaient pas en montant dans l’avion qu’ils échapperaient de près à la mort. Aux commandes de l’airbus A320, le commandant Chesley Sullenberger, dit Sully, et son copilote Jeffrey Skiles. Le vol décolle à 15h26 heure locale de l’aéroport La Guardia à New York, à destination de Charlotte en Caroline du Nord. Il comporte 150 passagers et 5 membres d’équipage (les pilotes et 3 hôtesses de l’air).

L’accident

Le commandant Chesley Sullenberger

L’avion s’aligne sur la piste pour préparer le départ, et le copilote Jeffrey Skiles prend les commandes. Jusqu’ici, tout se passe normalement. L’avion accélère sur la piste et décolle. Deux minutes après le décollage, des oies en vol percutent les réacteurs et la carlingue de l’avion, ce que le pilote ne manque pas de dire au contrôleur aérien, Patrick Harten.

L’avion perd donc ses deux réacteurs à 2 800 pieds d’altitude (environ 853 mètres). C’est l’altitude la plus basse à laquelle un avion a perdu ses deux réacteurs dans toute l’histoire de l’aviation civile. Sully déclenche donc le groupe auxiliaire de puissance : l’APU et prend les commandes manuelles de l’avion. Il veut retourner à La Guardia mais l’avion est trop bas pour pouvoir le faire. Le pilote aperçoit l’aéroport de Teterboro dans le New Jersey.

Voici l’enregistrement d’origine :

  • Contrôleur aérien :“Cactus 1529, turn right 2-8-0, you can land runway one at Teterboro.” (Cactus 1529, tournez à droite 2-8-0, vous pouvez vous poser sur la piste 1 de Teterboro)
  • Sully : “We can’t do it” (Nous ne pouvons pas le faire)
  • Contrôleur aérien : “Ok, wich runway would you like at Teterboro ?” (Quelle piste voudriez-vous à Teterboro ?
  • Sully : “We’re gonna be in the Hudson” (Nous allons dans l’Hudson).

Le copilote déploie alors les volets en 3ème position ce qui permet à l’avion d’avoir plus de portance et de réduire sa vitesse. Sully décide de garder les trains d’atterrissage rentrés et l’avion se pose dans l’eau glaciale de l’Hudson. L’avion flotte mais la queue de l’avion est submergée et donc l’équipage ne peut pas ouvrir les portes arrières. La cabine se remplit progressivement d’eau. Les portes avant et centrale sont ouvertes en vue de l’évacuation. L’équipage se regroupe alors sur les ailes de l’avion et sur les toboggans transformés en canots de sauvetage (ils sont prévus à cet effet). Tous les passagers sont vivants et évacués avec les membres d’équipage par des ferries venus après l’accident.

Les suites de l’histoire

Le conseil national de la sécurité des transports (National Transportation Safety Board : NTSB) a envoyé une équipe d’enquêteurs sur place. L’enquête a duré 18 mois et a beaucoup remis en cause les choix de l’équipage. Selon le NTSB, l’avion avait l’altitude suffisante pour retourner se poser à La Guardia, voire même se poser à Teterboro. Aussi, d’après les ingénieurs, le moteur gauche fonctionnait toujours, bien que très abîmé. Des simulations par ordinateur ont été effectuées et ont démontré que l’avion pouvait se poser à La Guardia et à Teterboro. Les deux pilotes ont essayé à plusieurs reprises de prouver que le moteur gauche était bel et bien hors service.

L’avion US Airways 1549 partiellement submergé a été amarré à Battery Park dans l’Hudson River

Rapport final du NTSB

Le NTSB a finalement reconnu que les deux moteurs avaient perdu la quasi-totalité de leur puissance, et que l’amerrissage était l’option la plus sûre. Il a salué la décision du commandant Chesley Sullenberger, qui a sauvé les 155 occupants de l’Airbus. Par ailleurs, le poids moyen des oiseaux qui se sont pris dans les réacteurs est de 3,5 kg, soit nettement supérieur au poids maximum que peut tolérer un réacteur. 

Le NTSB a néanmoins pointé le manque d’entraînement des pilotes lors d’une perte de puissance avec deux moteurs. Le crash a aussi mis en avant le fait que les pilotes ont perdu du temps à essayer de redémarrer les deux réacteurs, et ont probablement été submergés par la liste de contrôles à effectuer.

Suite à cet événement, un film a été réalisé par Clint Eastwood intitulé : Sully. L’acteur jouant Sully est Tom Hanks. Ce film présente les conséquence des actes de Sully, étudie les motifs de l’amerrissage forcé et montre l’enquête du NTSB, essayant de déterminer si le vol aurait pu se poser autre part.

Ce moment est rentré dans les principaux événements de l’aviation civile contemporaine. 

Hugo

Sources de l’article :

Sources des images :

  • Image d’en-tête : photo du crash par Greg L. Disponible sur Wikimedia commons sous licence CC BY
  • Sully : portrait par Frederick J. Phillips. Disponible sur Wikimedia commons sous licence CC BY
  • Avion immergé : photo par U.S. Coast guard. Disponible sur Wikimedia commons. Domaine public

2 commentaires

  1. Malgré mes 73 ans, je pense prendre un abonnement à « La voix du collégien » si tous les articles sont de cette qualité de synthèse et de clarté ( ceci même après avoir vu Sully au cinéma)
    Félicitations et merci
    G. Dauptain

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.