Apprendre à apprendre, interview de Christine Payré

Apprendre à apprendre est un projet créé par Christine Payré, ingénieure à l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique). Le projet est organisé au CIV par Mme Hustache, principale adjointe du CIV. Il vise à transmettre et discuter de certaines méthodes d’apprentissage dans les établissements scolaires. Mme Payré a eu l’amabilité de nous accorder des réponses aux questions que je lui ai posées à propos des ateliers qui ont été réalisés au collège.

Hugo pour La Voix du Collégien (LVC) : Dans quels établissements et niveaux de classes donnez-vous ces ateliers ?

Christine Payré (CP) : Cette année j’ai animé divers ateliers autour des thèmes « Apprendre à apprendre » au CIV pour des élèves de 6ème et « Apprendre à se motiver » au lycée Amiral de Grasse pour des élèves de 2nde. L’an dernier j’avais animé des ateliers sur les thèmes des intelligences multiples, les différents profils d’apprentissage, comment coacher son cerveau, gestion du stress et des émotions pour des classes de 4ème du collège La Chênaie à Mouans-Sartoux, 4ème et 3ème du collège de l’Eganaude à Biot et des élèves des classes préparatoires du CIV. J’aimerais animer ces ateliers également auprès des étudiants post-bac.

LVC : Comment se déroulent vos conférences ? Que voulez-vous apprendre aux élèves que vous rencontrez ?

CP : Ce ne sont pas vraiment des conférences mais plutôt des ateliers participatifs. Sur le thème de l’atelier traité, je commence par poser des questions pour que les élèves s’expriment sur ce qu’ils savent sur le sujet abordé. Il est très important que les élèves participent sous forme de débat, qu’ils prennent la parole. Qu’ils puissent aussi apprendre les uns des autres. Ils se découvrent sous un autre angle.

Puis, je leur transmets des informations qui me paraissent essentielles à savoir sur le thème de la séance. Pour mieux comprendre le fonctionnement du cerveau, je leur propose quelques notions de neurosciences. Je leur parle aussi du mécanisme du stress. Savoir comment il agit et comment on peut le reconnaître et l’apprivoiser. Le stress dans les apprentissages est une chose à prendre très au sérieux. Il peut être la source d’échec scolaire et d’un grand mal-être. Il est aussi important qu’ils aient une idée du fonctionnement de leur cerveau. C’est de la métacognition. Le plus souvent possible, il y a des « tests » qui permettent aux élèves de se situer, de se questionner, de faire des prises de conscience, même si les résultats de ces tests sont à prendre avec distance. Il ne faut surtout pas qu’ils collent des étiquettes ! On fait ensuite un résumé de la séance pour conclure et ancrer ce qui vient d’être vu.

LVC : Comment articulez-vous l’organisation de ces conférences avec votre métier au quotidien ? Quand avez-vous commencé à l’exercer?

CP : J’ai un travail de recherche dans mon équipe au CNRS. C’est un métier qui me passionne autant que celui de coach scolaire. J’ai demandé un 90% dans mon métier de recherche. Cela m’a permis de dégager un peu de temps pour l’animation de mes ateliers auprès des scolaires. J’ai commencé les ateliers de coaching en 2016.

LVC : Qu’est ce qui vous a donné envie de travailler sur ces conférences/ateliers ?

CP : L’envie de transmettre des informations qui nous amènent à nous questionner, à mieux nous comprendre et qui donnent des solutions dans les apprentissages et le mieux-être avec eux. J’ai aussi à cœur de transmettre les nouvelles techniques et différentes méthodes d’apprentissage. Des neuroscientifiques travaillent maintenant main dans la main avec les enseignants pour partager et amener de nouveaux outils pour les enseignements.

J’apprécie de partager ces ateliers avec les élèves mais aussi, quand c’est possible, avec les professeurs qui les accompagnent. Les professeurs sont très demandeurs de nouveaux outils qu’ils pourraient utiliser en classe et qui aideraient les élèves à être plus à l’aise dans leurs apprentissages et les rendraient moins stressés et heureux d’apprendre.

 

J’ai appris en écoutant Christine Payré que le fait d’enseigner avec d’autres méthodes est primordial pour aider les élèves à gérer le stress ou le fait quand ils n’arrivent pas à comprendre ou à apprendre. D’ailleurs, il est important de souligner la différence entre apprendre et comprendre, qui sont deux activités distinctes. Il faudrait aussi pouvoir développer ces ateliers dans d’autres classes, comme par exemple pour des élèves post-bac.

Hugo D.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.